21/07/2020

Le retour en classe à l’automne : mettre le cap sur le bien-être des enfants

Le retour à l’école de tous les élèves du préscolaire et du primaire à la fin de l’été est accueilli par beaucoup avec soulagement. Cette excellente nouvelle ne doit cependant pas faire oublier que les événements des derniers mois ont fragilisé plusieurs enfants.  Avant même la pandémie, le Conseil supérieur de l’éducation se préoccupait du bien-être des enfants à l’école et constatait la détresse psychologique que vivent un certain nombre d’entre eux pour des raisons diverses liées notamment à un rythme de vie trop exigeant ou à certains facteurs de risque qui les rendent plus vulnérables.

Une rentrée scolaire peut être excitante, mais elle peut aussi pour plusieurs être source de stress et d’anxiété. Une nouvelle classe, des liens à créer ou à recréer avec les compagnes et les compagnons de classe et avec tous les adultes côtoyés sur le chemin de l’école, en classe, au service de garde, dans la cour de récréation : autant d’occasions qui peuvent être vécues plus difficilement par certains élèves. Il faut aussi considérer la sensibilité des enfants devant les inquiétudes de leurs parents, bien légitimes dans ce moment de transition.

Dans son avis Le bien-être de l’enfant à l’école : faisons nos devoirs la position du Conseil est sans équivoque : il faut se soucier du bien-être et de la santé mentale de tous les enfants qui fréquentent les écoles primaires du Québec en agissant en prévention de manière globale et universelle. En tout temps, et plus particulièrement alors que le système d’éducation vit des perturbations causées par la pandémie, l’intérêt premier de l’enfant doit être l’élément central de toute décision qui le concerne, et ce, à tous les niveaux du système. Certains peuvent avoir besoin d’une aide particulière rapidement et il importe de s’assurer qu’ils y auront accès dès la rentrée scolaire.

Le bien-être et la santé mentale des enfants relèvent d’une responsabilité partagée par le personnel scolaire, la famille, la collectivité ainsi que les instances décisionnelles aux différents paliers du système éducatif et du gouvernement. Ainsi, le Conseil invite le ministre de l’Éducation et le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux à assurer la disponibilité des ressources professionnelles et techniques pour accompagner le personnel scolaire et venir en aide aux enfants en classe ou au service de garde scolaire, à rendre disponibles les services de première ligne et à mettre en place des services souples d’intervention psychosociale qui peuvent agir de manière diligente auprès des enfants et des familles.

Pour cette rentrée scolaire singulière qui approche, les enfants devront pouvoir compter sur des adultes bienveillants et bénéficier, au besoin, d’un soutien spécialisé dans leur milieu scolaire dans un souci de maintien et de promotion d’une bonne santé mentale.


Retour aux actualités