11/08/2020

La gestion de classe en temps de pandémie : un défi

La COVID-19 a introduit plusieurs défis dans la gestion de la classe au primaire et au secondaire. En formation à distance, il peut s’agir de l’adaptation des activités pédagogiques, d’une nouvelle gestion des interactions ou d’un changement dans le rythme des activités. En classe, l’enseignante ou l’enseignant doit aussi s’adapter et gérer les nouvelles règles du vivre-ensemble. À partir d’informations relatées par des acteurs du terrain, le Conseil a constaté que le personnel enseignant, particulièrement au secondaire, a fait face à de nouveaux comportements chez les élèves lors des prestations d’enseignement à distance : jouer avec la caméra ou l’éteindre, partager des vidéos ou écouter de la musique, fumer ou ne pas se vêtir convenablement. La gestion de ces comportements est nécessaire pour maintenir un bon climat d’apprentissage et elle aura des conséquences sur la façon dont le groupe va se comporter.

Dans son avis Pour une gestion de classe plus dynamique au secondaire, le Conseil la présente comme l’ensemble des actions qu’une enseignante ou un enseignant conçoit, organise et réalise pour et avec les élèves afin de les engager, les soutenir, les guider et les faire progresser sur les plans cognitif, psychologique et social. Gérer une classe est donc une action complexe, au cœur de la profession enseignante. De nombreuses actions se passent en même temps dans la classe. Aider un élève en difficulté, voir si d’autres élèves ont besoin de soutien, gérer le temps. Il faut écouter attentivement les réponses des élèves, en juger la qualité, vérifier si chacune et chacun comprend, suivre le fil de la discussion tout en veillant aux comportements, et cela souvent à un rythme rapide. On estime qu’une enseignante ou un enseignant interagit plus de 500 fois par jour individuellement avec ses élèves. Gérer une classe est donc une activité dynamique qui requiert de s’adapter pour faire face aux imprévus et assurer un environnement favorable à l’apprentissage et à l’engagement de chaque élève.

La pandémie a forcé les milieux scolaires à opérer des changements majeurs dans leurs façons de faire. Elle a révélé les défis importants notamment en matière de gestion de classe et des comportements des élèves. Elle a rendu plus ardue la tâche du personnel enseignant, principal responsable à cet égard. Les autres acteurs du système scolaire, par les conditions qu’ils créent, partagent, dans une certaine mesure, cette responsabilité. Par exemple, l’école peut faire sa part en créant un climat de communication et de confiance qui facilite la gestion de classe et en réduisant les facteurs physiques, organisationnels et pédagogiques qui la contraignent. Le Ministère peut soutenir la recherche-action en gestion de classe et se préoccuper d’évaluer l’effet de ses décisions, comme l’enseignement à distance obligatoire ou en sous-groupe, au regard de la gestion de classe. Des leçons seront certainement à tirer de la période d’enseignement à distance du printemps dernier en prévision de la prochaine rentrée scolaire alors que certains élèves poursuivront, en tout ou en partie, leurs apprentissages de cette façon.


Retour aux actualités