07/04/2020

L’enseignement supérieur et la COVID-19 : attention aux populations étudiantes vulnérables

Le Conseil supérieur de l’éducation a mis en lumière, dans deux de ses avis, les défis qui subsistent en matière d’accès et de réussite à l’enseignement supérieur. Dans le contexte actuel d’offre d’enseignement à distance provoqué par la COVID-19, les enjeux soulevés par ces avis apparaissent particulièrement importants puisqu’ils soulignent plusieurs disparités persistantes, autant à l’enseignement collégial qu’universitaire, lesquelles risquent d’être exacerbées si nous n’en tenons pas compte dès maintenant.

Dans l’avis Les collèges après 50 ans : regard historique et perspectives, le Conseil s’est penché sur l’accessibilité aux études collégiales. Les collèges accueillent aujourd’hui une population étudiante de plus en plus diversifiée et d’immenses efforts d’intégration ont été accomplis par les établissements d’études collégiales. Toutefois, le Conseil note que, dans des conditions d’enseignement régulières, les taux de réussite sont plus bas chez les garçons, les étudiantes et les étudiants de plus de 18 ans, celles et ceux qui éprouvent des difficultés d’apprentissage ou qui sont en situation de handicap, celles et ceux qui sont inscrits au cheminement Tremplin DEC, les personnes immigrantes ainsi que les étudiantes et les étudiants de première génération.

Ces difficultés persistent à l’université. Dans son plus récent avis, Les réussites, les enjeux et les défis en matière de formation universitaire au Québec, le Conseil constate, entre autres, un taux de diplomation moins élevé pour les personnes qui étudient à temps partiel. Tout comme au collégial, les disparités d’accès et de réussite touchent plus particulièrement les étudiantes et les étudiants issus de milieux socioéconomiques défavorisés ou de première génération, celles et ceux ayant des besoins particuliers, les Autochtones, de même que les hommes inscrits au baccalauréat. Les étudiantes et les étudiants internationaux viennent compléter ce portrait. Dès lors, le Conseil recommandait de mettre en place des mesures spécifiques pour ces étudiantes et étudiants, et ce, dans un contexte d’enseignement régulier.

Qu’en sera-t-il avec l’avènement de la formation à distance comme solution de rechange, et comment prévoir le retour à l’enseignement régulier pour ces populations plus vulnérables, dont la réussite éducative constitue un enjeu? Les adaptations nécessaires en raison de la COVID-19 pourraient accroître les difficultés vécues par ces étudiantes et ces étudiants, ce que soulignent déjà plusieurs établissements d’enseignement supérieur. Le Conseil tient donc à rappeler sa recommandation de créer un groupe de travail sur les disparités d’accès et de réussite aux études supérieures afin de se pencher dès maintenant sur la façon d’accompagner ces groupes et prévoir leur ré-intégration à l’automne 2020. La création de ce groupe de travail apparaît encore plus pertinente dans le contexte actuel.


Retour aux actualités