28/04/2020

La distanciation « scolaire » au temps de la pandémie : un risque accru d’abandon?

Dans la foulée des mesures mises en place pour réduire la propagation de la COVID-19, la fermeture des écoles soulève des inquiétudes quant au risque d’abandon et d’échec scolaires. Le Conseil supérieur de l’éducation s’est déjà penché sur cette question dans son avis intitulé Contre l’abandon au secondaire : rétablir l’appartenance. L’abandon scolaire est généralement le fruit d’un processus qui, parfois, commence dès la petite enfance. Si les interactions que l’élève entretient avec son environnement ne satisfont pas ses besoins, si l’environnement ne lui fournit pas les réponses positives ou les renforcements qui lui sont nécessaires, la relation avec celui-ci commence à se briser, ce qui mine le sentiment d’appartenance à l’école et peut mener à l’abandon scolaire.

Parmi les facteurs liés à l’environnement scolaire, le nombre et la qualité des interactions entre l’élève et son enseignante ou enseignant sont déterminants pour susciter l’appartenance et prévenir l’abandon. Bien qu’essentielle en tout temps, la qualité des interactions revêt une importance spéciale à l’adolescence, moment où le jeune est à la recherche de son identité et vit une période d’instabilité. Dans son avis intitulé Une école secondaire qui s’adapte aux besoins des jeunes pour soutenir leur réussite, le Conseil rappelait aussi l’importance de la relation enseignant/enseignante-élèves pour la réussite scolaire et comme rempart au décrochage. Cette relation influence le développement global de l’élève, de même que son investissement dans ses apprentissages. Une relation positive et chaleureuse entre l’élève et le personnel enseignant qu’il côtoie est un facteur de protection contre l’échec scolaire, en particulier pour celles et ceux qui éprouvent des difficultés d’adaptation à l’école et qui parfois ne reçoivent pas, dans leur famille ou leur environnement en général, le soutien et l’encouragement nécessaires à leur engagement scolaire.

Malgré les dispositifs d’enseignement à distance, la situation provoquée par la COVID-19 rend difficiles les relations humaines et réduit les interactions maître-élève. Ce facteur pourrait mener certains élèves au décrochage, en particulier s’ils vivent des difficultés d’ordre social, familial ou personnel et ressentent peu d’appartenance à leur école. Dans le contexte actuel, il apparaît que toute mesure visant à maximiser le contact maître-élève est souhaitable, en particulier pour les élèves vulnérables et à risque.

En incitant le personnel enseignant à entrer en communication avec les élèves, on reconnaît le rôle crucial et l’importante responsabilité qui lui incombe dans le cheminement scolaire et personnel des jeunes. L’influence que le personnel enseignant exerce auprès de ces derniers est déterminante, non seulement sur le plan des apprentissages, mais aussi sur le plan personnel et social. Dans les circonstances difficiles que nous connaissons actuellement, il faut préserver la poursuite du projet scolaire des élèves les plus vulnérables.


Retour aux actualités