27/01/2015

Message du Conseil supérieur de l’éducation à l’occasion de la Journée de l’alphabétisation familiale

En septembre 2013, le Conseil supérieur de l’éducation rendait public l’avis intitulé Un engagement collectif pour maintenir et rehausser les compétences en littératie des adultes. Il y faisait part de sa vive inquiétude à l’égard du nombre considérable d’adultes québécois dont le niveau de compétence en littératie est insuffisant. Il recommandait alors au gouvernement de faire du maintien et du rehaussement des compétences en littératie des adultes une priorité nationale, un appel qui demeure d’actualité pour le président du Conseil, M. Claude Lessard.

Dans son avis, le Conseil rappelait le lien important entre le niveau de scolarité des parents et les compétences en littératie de leurs enfants. Il soulignait l’influence du rapport à l’écrit des parents sur celui de leurs enfants et sur le développement des compétences en littératie chez ces derniers. Pour le Conseil, le maintien et le rehaussement des compétences en littératie des adultes soulevaient un enjeu lié à la persévérance scolaire pour leurs enfants.

« En cette journée de l’alphabétisation familiale, il faut rappeler que les lieux de développement des compétences en littératie, autant chez les adultes que chez les enfants, ne se limitent pas à l’école et au système public d’éducation. De multiples occasions non formelles permettent d’améliorer les compétences en lecture et en écriture, certaines s’adressant à toute la famille. Par exemple, les bibliothèques publiques et leurs activités d’animation ciblées contribuent à rendre positif le rapport à la lecture des familles et certains musées offrent des activités familiales misant notamment sur la créativité », de rappeler M. Lessard.

Par les travaux qu’il mène actuellement en ce qui concerne l’éducation populaire, le Conseil est à même d’apprécier l’apport d’organismes communautaires au développement des compétences en littératie des familles et à l’amélioration de leur rapport à l’écrit. De plus, des organismes d’action communautaire autonome comme la Maison de la famille de Lotbinière, la Maison d’Haïti, les Ateliers d’éducation populaire du Plateau, le Centre d’apprentissage Clé ou le Centre éducatif communautaire René-Goupil adoptent une approche globale qui dépasse l’alphabétisation familiale. Ils misent sur le développement des compétences parentales et du pouvoir d’agir, permettant une meilleure prise de contrôle de sa vie et de l’avenir de sa famille. C’est une éducation aux rôles sociaux et à la citoyenneté qu’offrent ces organismes.

Pour le Conseil, les pratiques d’apprentissage non formel développées par de telles organisations s’inscrivent dans une perspective large d’éducation tout au long de la vie. Elles contribuent au renforcement des compétences en littératie des familles et offrent un environnement éducatif qui constitue une richesse à promouvoir et à préserver. Le Conseil salue la contribution de ces organismes et invite à nouveau le gouvernement à continuer de les soutenir et à assurer des ressources financières suffisantes pour consolider leur offre de services.


Retour aux actualités