25/04/2017

Les finalités de l’évaluation des apprentissages au cœur de la 51e plénière du Conseil

Quelque 80 membres du Conseil se sont réunis à Québec, le 20 avril, pour prendre part à la 51e plénière annuelle. Cette année, le thème choisi portait sur les finalités de l’évaluation des apprentissages : pourquoi, pour qui, comment évalue-t-on et quels sont les enjeux que soulèvent l’évaluation au Québec, tant au long du parcours scolaire obligatoire, à l’enseignement supérieur qu’en formation continue?

Le thème de cette plénière était directement en lien avec les travaux du Rapport 2016-2018 sur l’état et les besoins de l’éducation, soit les finalités de l’évaluation des apprentissages. L’assemblée plénière avait donc été conçue de manière à permettre aux membres des instances de contribuer, par leur expertise et leur expérience dans différents domaines de l’éducation, à la réflexion du CREBE (Comité du rapport sur l’état et les besoins de l’éducation).

Par-delà cette contribution aux travaux du CREBE, les participants ont pu explorer une composante omniprésente de l’éducation, en acquérir une compréhension commune plus fine et poser sur elle un regard critique.

En journée, deux moments avaient été prévus pour favoriser les échanges collectifs. En matinée, des ateliers ont permis aux membres de discuter des défis posés par l’évaluation des apprentissages et de cibler des enjeux auxquels le CREBE devra être attentif dans la suite de ses travaux. En après-midi, deux conférenciers avaient été invités afin de permettre aux participants d’approfondir leur compréhension des enjeux et des défis liés à l’évaluation des apprentissages à tous les ordres et secteurs d’enseignement.

Il s’agissait de M. Dany Laveault, professeur émérite à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, et de Mme Julie Lyne Leroux, professeure agrégée à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

Conférence de Dany Laveault

Lors sa présentation intitulée L’évaluation des apprentissages : au-delà des notes, M. Laveault a fait la démonstration que l’évaluation pouvait être l’un des facteurs les plus importants de la réussite éducative et contribuer à réduire les inégalités entre apprenants.

En effet, a expliqué le conférencier, l’évaluation soutien d’apprentissage va bien au-delà des notes et sert non seulement à observer la progression des apprentissages, mais aussi à soutenir les enseignants et les apprenants dans le choix des meilleures décisions à prendre pour poursuivre cette progression et surmonter les difficultés.

M. Laveault est d’avis que son implantation dans plusieurs juridictions scolaires à travers le monde témoigne de l’impact considérable qu’une telle approche peut avoir sur la réussite, le développement professionnel des enseignants et l’amélioration continue du système éducatif.

Consultez la présentation de M. Laveault.

Conférence de Julie Lyne Leroux

La conférence de Mme Julie Lyne Leroux s’intitulait quant à elle : L’évaluation des apprentissages au collégial et à l’université : quelques enjeux et défis! Mme Leroux a fait valoir que l’évaluation des apprentissages demeure une préoccupation constante des acteurs de l’enseignement supérieur, notamment en ce qui a trait à l’équilibre à trouver en entre le fait de sanctionner les apprentissages et celui de les et supporter.

Dans un environnement en constante mutation, a-t-elle rappelé, les principaux défis et les enjeux reliés à l’évaluation des apprentissages au collégial et à l’universités sont nombreux, notamment en raison de l’arrivée du numérique.

Consultez la présentation de Mme Leroux.

Période d’échanges

À la suite des conférences, les participants ont pu échanger entre eux et avec les conférenciers. Ces échanges leur ont permis de poser des questions sur des enjeux et défis en matière d’évaluation des apprentissages, tant à l’échelle des « acteurs terrain » qu’à l’échelle des établissements et de l’ensemble du « système ». Les participants ont ainsi pu partager leurs savoirs d’expériences et l’enrichir dans un dialogue avec les conférenciers, mais également prendre conscience des enjeux transversaux et spécifiques posés par l’évaluation des apprentissages.

Ces échanges avec les conférenciers, combinés à ceux des ateliers, serviront à alimenter la suite des travaux du CREBE. La publication du Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2016-2018 est prévue à l’automne 2018.

Reconnaissance

En fin de journée, la présidente par intérim et secrétaire générale du Conseil, Mme Lucie Bouchard, a profité de l’occasion pour souligner la contribution bénévole des personnes qui ont travaillé au sein des différentes instances du Conseil. Elle a en particulier remercié les personnes qui terminent leur mandat et leur a offert un certificat de reconnaissance. Voici la liste des 16 membres sortants :

de la Commission de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire : Mme Nadine Francoeur, MM. Yves Chantal et Réjean Lemay;
de la Commission de l’enseignement secondaire : Mmes Line Chouinard, Élise Demers et Madeleine Fauteux;
de la Commission de l’enseignement collégial : Mme Rhys Adams;
de la Commission de l’enseignement et de la recherche universitaires : Mmes Lynn Lapostolle, Hélène Lee-Gosselin et Andréanne Malacket, et MM. Pierre Bourque et Xavier St-Denis;
de la Commission de l’éducation des adultes et de la formation continue : Mmes Isabelle Coulombe, Esther Filion et Diane Laberge, et M. Michel Turcotte.

Qu’entend-on par « évaluation des apprentissages »?

Composante essentielle de l’enseignement, l’évaluation des apprentissages joue un rôle central à de nombreux moments du cheminement scolaire et des parcours de formation, par exemple lors de la remise des bulletins et relevés notes, des examens (notamment les examens ministériels du secondaire ou l’épreuve uniforme de français du collégial), du calcul et de l’utilisation de la cote R ou du choix de filières de formation (selon les exigences d’admission, les modes de sélection ou le contingentement de programmes, la reconnaissance des acquis scolaires et expérientiels, l’octroi de diplômes et certificats de toutes sortes, etc.).

L’évaluation des apprentissages colore ainsi le rapport des individus à l’éducation en plus de conditionner leur parcours de formation et, conséquemment, leur accès à des avenues professionnelles. C’est sur sa base que sont autorisés ou interdits certains « choix ». Elle participe aussi à refléter à l’élève, à l’étudiant ou à l’apprenant une image de ses capacités et ultimement de sa valeur au sein, mais aussi à l’extérieur, d’un milieu éducatif donné. Elle teinte en somme son développement comme personne, comme travailleur et comme citoyen.

L’évaluation des apprentissages pose ainsi des défis considérables aux personnes qui ont la responsabilité d’enseigner et donc d’évaluer. Par-delà cette dimension propre à la pratique professionnelle, elle comporte aussi des enjeux éducatifs et sociétaux qui concernent les décideurs locaux et nationaux.


Retour aux actualités