02/06/2020

Le soutien des parents dans le suivi scolaire de leur enfant en contexte d’enseignement à distance

La prolongation de la fermeture physique des écoles secondaires de tout le Québec et des écoles primaires de la communauté métropolitaine de Montréal jusqu’à la fin de l’année scolaire met en lumière l’importance du soutien des parents dans les apprentissages de leur enfant. Dans un avis intitulé Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l’école primaire, le Conseil traite de l’accompagnement des parents dans les devoirs. Il montre notamment que l’engagement des parents a une influence positive sur les dispositions des élèves à l’égard des apprentissages : attitude, sentiment de compétence et autonomie. Le Conseil croit donc qu’il existe un « effet parent » sur la réussite. La participation des parents au suivi scolaire, aux échanges avec le personnel enseignant, l’encadrement de l’enfant et l’encouragement à développer son autonomie, le soutien affectif, les interactions positives, l’appui au travail scolaire, l’intérêt du parent à l’endroit de la vie à l’école : tous ces facteurs seraient associés à la réussite, notamment au secondaire.

Les élèves ne sont cependant pas placés dans des conditions identiques pour faire leurs travaux scolaires à la maison. L’accès à un environnement approprié et au matériel nécessaire, la disponibilité des parents à la maison ou d’autres adultes dans le cadre d’un service d’aide aux devoirs, ainsi que la qualité du soutien offert varient grandement d’une famille à l’autre. La capacité des parents d’appuyer leur enfant dans ses apprentissages dépend notamment de leur statut socioéconomique, de leur rapport au savoir et à la réussite, de la valeur qu’ils accordent à l’éducation et de leur maîtrise de la langue d’enseignement. Les bouleversements actuels créent des difficultés supplémentaires pour de nombreuses familles, qui ont du mal à concilier les obligations d’un emploi et les responsabilités parentales accrues dans l’encadrement des devoirs et des travaux scolaires à la maison. Ces circonstances affectent non seulement les familles déjà à risque, mais aussi l’ensemble des cellules familiales.

Pour le Conseil, la réussite éducative des élèves est une responsabilité partagée entre l’école, les parents et la communauté. Les attentes mutuelles doivent être claires. En ce qui concerne les travaux scolaires réalisés à la maison, en plus de s’y intéresser, les parents ont pour rôle d’encadrer leur enfant, de le soutenir et de l’encourager à devenir autonome. Certains parents croient parfois que leur rôle est aussi d’enseigner à l’enfant. Ils peuvent alors se sentir dépassés par l’ampleur de la tâche qu’ils s’attribuent et se sentir incompétents pour l’accomplir avec succès. L’enseignement à distance imposé par les événements actuels peut exacerber ces sentiments. Le Conseil estime quant à lui que, même scolarisés, les parents n’ont pas à se substituer à une intervenante ou un intervenant professionnel. Il faut donc continuer à bien distinguer le rôle d’éduquer, dévolu d’abord aux parents, de celui d’instruire, qui échoit essentiellement à l’école.


Retour aux actualités