Conseil supérieur de l'éducation
 
VISITE du Conseil supérieur de l'éducation à MONTRÉAL

 

Les membres du Conseil supérieur de l'éducation ont tenu des audiences à Montréal, le 13 décembre dernier, pour consulter des représentants du milieu de l’éducation de cette région. La matinée a été consacrée à des rencontres destinées à bien comprendre les spécificités du milieu montréalais.

En après-midi, une cinquantaine de personnes, y compris du personnel de direction des écoles et des commissions scolaires, du personnel enseignant et professionnel ainsi que des parents, ont participé à quatre ateliers portant sur l’implantation de la réforme.

Les audiences

D’abord, M. Gilles Lamirande, directeur régional par intérim au ministère de l’Éducation, a brossé un portrait de l’île de Montréal qui a permis aux membres d’en bien saisir la réalité. Il était accompagné de Mmes Lyne Martin et Suzanne Dyotte qui ont présenté le Programme de soutien à l’école montréalaise et les orientations de la Politique et du plan d’action en matière d’intégration scolaire et d’éducation interculturelle.

Ensuite, Mmes Francine Ladouceur et Chantale Richer, respectivement directrice et ex-directrice de l’école Bienville, ainsi que M. Jean Archambault, conseiller pédagogique, ont livré avec passion un riche exposé sur l’implantation de la réforme. L’école Bienville compte d’ailleurs parmi les seize écoles primaires qui ont expérimenté le nouveau programme de formation avant son implantation définitive.

Les membres du Conseil ont également reçu Mme Johanne Lavoie, directrice adjointe de l’école Édouard-Montpetit, et trois enseignants, Mmes Anne-Marie Lafleur et Nadia Nouali ainsi que M. Jacques Chaput, qui les ont entretenus avec enthousiasme du projet Agir autrement, appliqué depuis septembre dernier. Les moyens utilisés pour lutter contre le décrochage scolaire ont déjà donné de très bons résultats, dont la baisse du taux d’absentéisme et la diminution des retards ainsi que 70 p. 100 de participation des parents à la première rencontre avec les enseignants.

Finalement, M. Charles E.E. Levy, directeur général à la commission scolaire English-Montréal et Mme Elizabeth Speyer, directrice des Services de l’enseignement à la commission scolaire Lester-B.-Pearson du Groupe corporatif d’implantation de la réforme dans les commissions scolaires de l’île de Montréal, ont dressé un bilan fort intéressant de l’appropriation de la réforme dans les écoles du territoire.

Les membres du Conseil ont été unanimes à reconnaître la qualité de leurs interlocutrices et interlocuteurs, remarquablement bien préparés, et à souligner la richesse de leurs exposés.

Les ateliers

Les thèmes débattus en atelier étaient les suivants : l’apprivoisement de la réforme; les conseils d’établissement et leur évolution depuis leur mise en place; les stratégies de changement, les conditions favorables et les obstacles à l’implantation de la réforme.

Concernant l’apprivoisement de la réforme, la plupart des participants ont souligné l’importance d’une plus grande information. Celle-ci impliquant des changements à plusieurs niveaux – refonte du curriculum, organisation de l’enseignement, nouvelles conditions d’apprentissage et organisation scolaire – les membres des ateliers ont affirmé qu’il leur fallait du temps pour s’approprier la réforme.

En ce qui concerne les conseils d’établissement, les participants déplorent la difficulté à assurer la représentation des parents. Ils soulignent également la lourdeur et l’ampleur des mandats confiés aux conseils d’établissement, une instance encore bien jeune dans nos écoles.

Le caractère pluriethnique propre à la région de Montréal constitue un défi de taille lorsqu’il s’agit d’informer les parents des changements qu’implique la réforme. En effet, dans certains milieux, jusqu’à 80 p. 100 des parents d’élèves ne parlent pas le français.

Ces échanges ont été très fructueux et ont permis aux membres du Conseil de recueillir de nouveaux éléments pour guider leur réflexion et orienter les travaux en cours.

En terminant, rappelons que le Conseil prépare, pour l’automne 2002, deux avis qui traiteront de la réforme : l’un sur appropriation locale de la réforme au secondaire, l’autre sur l’organisation du primaire en cycles d’apprentissage.

Panorama • Volume 7, numéro 1 • Février 2002

Publications

Inscrivez-vous à la liste de diffusion

Processus de nomination des membres

Le Conseil est membre de l'EUNEC