Conseil supérieur de l'éducation
 
RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE sur les abrégés

 

Au printemps 2001, le Conseil supérieur de l’éducation diffusait, pour la première fois, une version abrégée de deux de ses avis : Les élèves en difficulté de comportement à l’école primaire. Comprendre, prévenir, intervenir et Aménager le temps autrement. Une responsabilité de l’école secondaire.

Le Conseil a voulu mesurer l’impact de cette nouvelle formule dans les milieux concernés et savoir si la version abrégée d’un avis pouvait en favoriser la diffusion et l’appropriation du contenu.

Selon l’avis étudié, les questionnaires de l’enquête pouvaient être adressés aux directions d’école, aux directeurs et directrices des services éducatifs ou de l’enseignement, aux responsables de l’adaptation scolaire et à du personnel enseignant et non enseignant. Près de 800 questionnaires ont ainsi été envoyés dans 63 commissions scolaires, 138 écoles primaires et 124 écoles secondaires. Les personnes sollicitées ont rempli le questionnaire dans une proportion de 40 p. 100.

Résultats communs aux deux avis

De façon générale, on note que les publications du Conseil sont connues des répondants. Les versions abrégées, parce que plus récentes, le sont moins que les publications du Conseil dans leur ensemble. Ce résultat n’est pas surprenant étant donné que l’édition d’une version abrégée est une initiative nouvelle. Par ailleurs, il est intéressant de noter que, dans toutes les catégories de répondants, la quasi-totalité des personnes ayant eu accès à la version abrégée de l’avis ont indiqué qu’elles désiraient continuer à la recevoir. Les personnes n’ayant eu accès qu’à la version intégrale étaient un peu moins nombreuses à indiquer qu’elles voulaient continuer à recevoir cette dernière version. C’est parmi le personnel enseignant que ce phénomène est le plus marqué.

D’autres constats

Pour évaluer l’accueil de la version abrégée, nous avons aussi examiné la façon dont circule l’information dans les milieux. Voici quelques faits saillants à ce sujet.

  • Plus de huit directeurs d’école sur dix ont rendu l’un ou l’autre des avis du Conseil et sa version abrégée accessibles en les déposant notamment à la bibliothèque ou dans la salle des professeurs.
  • Une direction sur deux a informé spécifiquement son personnel de la publication de l’avis alors qu’une sur cinq l’a informé du contenu même de l’avis.
  • De façon générale, les répondants ne lisent qu’en partie les avis et disent préférer les versions imprimées aux versions électroniques.

En conclusion

En publiant une version abrégée, le Conseil supérieur de l’éducation voulait favoriser une diffusion et une appropriation plus grandes du résultat de ses réflexions dans les milieux concernés. Les données de cette enquête indiquent qu’un bon pas a été fait dans cette direction.

Les résultats de cette enquête incitent le Conseil à continuer à diffuser une version abrégée de ses avis et à inviter les personnes à qui il les transmet à les faire connaître encore davantage à leur personnel. Le Conseil remercie tous ceux et celles qui ont participé à cette enquête.

Panorama • Volume 7, numéro 1 • Février 2002

Publications

Inscrivez-vous à la liste de diffusion

Processus de nomination des membres

Le Conseil est membre de l'EUNEC