Conseil supérieur de l'éducation
 
Comité catholique : ÉDUQUER AUX VALEURS

par Guy Côté,
président du Comité catholique

 

Le rapport du Groupe de travail sur la réforme du curriculum établit un lien étroit, quasiment d’identification, entre l’éducation aux valeurs et une éducation à la citoyenneté centrée sur « le maintien de la société démocratique » (Réaffirmer l’école, p. 34-35). En fidélité à sa mission de renforcer la cohésion sociale, l’école se trouve ainsi appelée à promouvoir avant tout l’adhésion à certaines valeurs communes parmi lesquelles le Rapport identifie la reconnaissance de l’autre, la solidarité, la responsabilité, la justice sociale, le respect du droit, la participation démocratique.

Un tel projet met en lumière une dimension importante de la mission éducative de l’école. Il a le mérite de faire contrepoids au relativisme ambiant et de rappeler le caractère incontournable de certains choix éthiques pour le vivre-ensemble dans une société pluraliste et fracturée. Il ne s’agit cependant là que d’un volet de l’éducation aux valeurs. Ramener pratiquement celle-ci à l’éducation à la citoyenneté risquerait en effet de mettre dans l’ombre la formation d’une personne accomplie, digne d’intérêt en elle-même et non seulement comme agent de consolidation sociale. C’est une qualité d’humanité que l’on vise à atteindre, dont les fruits se nomment courage et liberté, don de soi et confiance en l’autre, émerveillement et créativité, capacité d’espérer, aussi bien que tolérance ou solidarité, sens du droit et de la justice.« Raisons communes »

 

« Raisons communes »

Par ailleurs, quelles que soient les valeurs que l’on juge nécessaire de proposer, elles demeureront lettre morte si l’on ne s’interroge pas sur les conditions de leur appropriation. Qu’est-ce qui peut susciter un engagement durable envers les valeurs? Le Rapport souligne la nécessité d’identifier des « raisons communes », telle « l’adhésion à la démocratie comme projet », pour fonder l’adhésion à quelques valeurs communes (p. 34). On pourrait tout aussi bien retenir, en contrepartie, le projet de sauver la personne comme sujet des processus d’homogénéisation sociale. Ce type de motif rationnel est sans doute indispensable, mais cela ne saurait suffire à fonder l’adhésion aux valeurs. Comme l’avait déjà compris l’Antiquité grecque, le choix du bien ne découle pas seulement de la connaissance du bien ou de la quête de sens mais aussi de la volonté, d’un engagement de toute la personne résultant d’un certain attrait pour le beau, le bon et le vrai. Comment susciter et soutenir un tel engagement? Un ensemble de facteurs peuvent y contribuer. Le Rapport mentionne par exemple, fort justement, que les valeurs promues doivent être « mises en pratique dans et par la communauté qu’est l’école » (p. 54). On pourrait ajouter que la capacité d’opter librement en faveur de valeurs humanisantes se développe à travers le lien de confiance et d’estime avec des personnes-témoins, et par l’attention aux sources intérieures de la conscience et de l’être profond. L’éducation aux valeurs suppose l’intégration de l’ordre socio-affectif et spirituel, si l’on veut dépasser l’exhortation éthique, ou encore un pur exercice de discernement avisé.

Ainsi comprise, l’éducation aux valeurs peut faire appel à toutes les ressources de l’école, et aucune discipline ne peut en réclamer le monopole. Elle peut se réaliser dans différents contextes, à travers différentes interventions ou situations, et souvent à l’improviste. On peut toutefois trouver qu’il y aurait une part d’illusion à penser que « les buts visés pour assurer le développement de la personne, par la découverte des valeurs, ne requièrent pas nécessairement qu’on leur réserve des places particulières dans le curriculum d’études » (id., p. 54). En effet, comme le dit l’adage, ce qui relève simplement de tout le monde ne relève finalement de personne. C’est pourquoi il paraît nécessaire que des espaces de réflexion, d’intériorisation, de délibération et d’expérimentation autour des valeurs soient ménagés dans une grille-matières où la possibilité d’une démarche tant soit peu systématique en ce sens n’existerait pas autrement.

 

Panorama • Volume 3, numéro 3 • Novembre 1998

Publications

Inscrivez-vous à la liste de diffusion

Processus de nomination des membres

Le Conseil est membre de l'EUNEC